Isolation phonique : haro sur le bruit !

Comme il est souvent dit « l’enfer c’est les autres », on voit tout de suite l’importance capitale d’une isolation phonique performante. Même si dans la réalité les bruits qui peuvent nous atteindre ne proviennent pas directement tout le temps de notre entourage et/ou de ses activités, il convient de prendre les choses en main pour limiter au maximum la propagation de ceux-ci dans notre demeure. La divergence des niveaux d’exigence de tout un chacun, mais aussi la complexité du domaine de l’acoustique font qu’il n’y a pas beaucoup de littérature là-dessus. Cependant, il y a bel et bien quelques lignes directrices qui peuvent être prises en compte.

Isolation phonique selon la zone d’implantation

Les moyens d’arriver à un confort acoustique décent divergent selon votre zone d’habitation ou de travail et votre seuil personnel du niveau sonore. Il existe même des réglementations par rapport à l’acoustique des bâtiments en construction selon que ceux-ci sont construits dans une zone proche de trafics routiers, ferroviaires ou encore de zone aéroportuaire. Il y a donc des caractéristiques acoustiques particulières à satisfaire relativement à toutes ces contraintes. La tâche de définir l’isolation phonique qui puisse répondre à la fois à vos attentes et aux normes en vigueur (NRA : nouvelle réglementation acoustique) est ainsi attribuée au maître d’ouvrage.

S’isoler efficacement des bruits d’extérieur

Même si c’est déjà prévu par les réglementations actuelles en matière d’acoustique, l’isolation phonique par rapport à aux bruits d’extérieur mérite quelques précisions. Si l’on veut vraiment vivre au calme, la meilleure solution est de ne pas s’implanter dans une zone où le niveau sonore est élevé comme les zones aéroportuaires.

Si pour quelques raisons que ce soit vous devez habiter ou construire à proximité de telles zones, il faut considérer avant tout l’isolation de toutes les ouvertures telles que les fenêtres, les portes, les lucarnes, les fenêtres de toit. Mais par-dessus tout, il est essentiel de repérer les points de faiblesse moins évidente comme les entrées d’air de votre VMC ou la trappe pour votre chat, etc.

La nuisance sonore traitée depuis l’intérieur

Tout le confort que peut vous apporter un chauffage performant, une maison intelligente, un système domotique dernier cri peut être bafoué par une simple nuisance sonore qui peut vous miner l’esprit et surtout porter atteinte à votre santé. Pour contourner ce problème, il est nécessaire d’apporter à chacune des pièces de votre maison l’isolation phonique dont elle a besoin en intervenant sur les mûrs, les planchers et aussi les plafonds.

Le bruit de la télévision que votre aîné est encore en train de regarder dans le salon pendant que vous essayez de trouver le sommeil peut déjà être considéré comme une nuisance si cela vous empêche de dormir aussi vite que vous le souhaitiez. Ainsi, dans le même acabit, le bruit de la chasse d’eau, la porte de la cuisine qui grince, le bruit d’un vieux réfrigérateur, les bruits de pas, etc. sont autant de sources de nuisance à maîtriser.

Pour commencer, il faut traiter ces sources pour qu’elles ne produisent plus de telles nuisances ou carrément les remplacer par des appareils nettement plus silencieux. Secundo, il convient d’apporter l’isolation acoustique nécessaire pour les séparations des différentes pièces de votre maison. L’étude de la mise en place de celle-ci doit impérativement se faire avec l’aide d’un professionnel parce que comme dit auparavant, le domaine de l’acoustique est d’une complexité chaotique : une faille de rien du tout peut engendrer de gros dégâts.